Forfatter billede
14+ Works 95 Members 3 Reviews

Værker af Sylvain Gouguenheim

Associated Works

Satte nøgleord på

Almen Viden

Fødselsdato
1960-08-06
Køn
male
Nationalitet
France
Erhverv
Historien

Medlemmer

Anmeldelser

J'ai apprécié ce livre sur le Moyen-Âge, appelé "regards" car en de courts chapitres, il apporte un éclairage synthétique sur cette longue période de l'histoire. Sylvain Gougenheim appuie ses travaux en citant à chaque fin de chapitre des livres plus détaillés qui permettent au lecteur d'approfondir le sujet. Chaque thème peut se lire indépendamment. Voici les thèmes abordés :

I- La guerre et la paix

1- Poitiers, 732
2- Empire assiégé ou empire conquérant ?
3- La paix de Dieu : réforme ou révolution ?
4- De Londres à Antioche, de Rouen à Palerme : l'expansion normande.
5- La chevalerie
6- Les Templiers, de la Terre sainte au bûcher
7- Forteresses de pierre : les châteaux du Moyen-Âge
8- La guerre à la fin du Moyen-Âge

II- Le pouvoir

9- L'oint du Seigneur : le sacre des rois
10- Ces femmes qui eurent le pouvoir (Xème-XIVème siècle)
11- Vassalité et féodalité : une "hiérarchie d'égaux"
12- Paris : la création d'une capitale
13- La formation de la France
14- L'empereur aux "yeux de serpent" : Frédéric II Stauffen
15- Le château de l'épervier : Rodolphe, le premier des Habsbourg
16- "La robe sans couture déchirée" : de la papauté d'Avignon au grand schisme d'Occident

III- La foi et la culture

17- Et le Moyen-Âge inventa la Bible...
18- La question des images : l'iconoclasme à Byzance
19- Les hérésies : le choix du passé
20- Mourir à Jérusalem : les pèlerinages dans la ville la plus sainte
21- La gloire des moines noirs (Cluny du Xème au XIIIème siècle)
22- Les cathédrales gothiques
23- L'invention de l'amour : troubadours et Minnesänger
24- Sous le signe de la mort noire : maladies, médecine et société à la fin du Moyen-Âge

IV- Le travail

25- L'économie carolingienne
26- Les serfs, des esclaves ?
27- Le temps des seigneurs
28- Les défricheurs de Brocéliande ou la forêt au Moyen-Âge
29- Les épousailles du doge : les villes d'Italie et la mer
30- Au carrefour de l'Europe : les foires de Champagne
31- Le monde des métiers urbains
32- Pauvres, exclus et criminels à la fin du Moyen-Âge

V- Mémoire, images et mythes

33- Clovis : le "baptême de la France" ?
34- Les Vikings
35- L'an mil, entre terreurs et révolution ?
36- De Louis IX à Saint Louis
37- Jeanne d'Arc, la paysanne qui fit sacrer un roi
38- Images du monde : la cartographie médiévale
39- La légende de Charlemagne
40- Drang Nach Osten
… (mere)
 
Markeret
Veilleur_de_nuit | Jan 25, 2011 |
Il me tardait de lire ce livre qui avait fait parler de lui sur un ton polémique, sans doute à la grande surprise de l'auteur. Il me tardait mais en me disant que c'était sans doute un de ces livres universitaires touffus, bourrés de notes de bas de page illisibles et truffés jusqu'à la glotte de références bibliographiques. Je n'ai pas été déçu sur les références bibliographiques (Pas moins de 16 pages), ni sur les notes qui ont l'avantage d'être refoulées en fin de volume et donc de libérer l'espace de lecture (46 pages de notes tout de même). Surtout, j'ai été surpris de la très grande lisibilité du texte. Sylvain Gougenheim s'exprime clairement sur une thématique qui peut vite devenir absconse.

J'ai particulièrement apprécié ce livre. En premier lieu parce qu'il parle de livres et du savoir contenu dans ces livres. Il parle de cette volonté farouche de transmettre le savoir, d'aller le chercher, de l'insérer dans une culture donnée, de le conserver, le commenter et l'améliorer. En parlant de livres transmis, l'auteur parle bien entendu de la manière dont se construisent les civilisations. En second lieu, j'ai apprécié que l'auteur parle de ce savoir européen issu du monde grec, transmis par les byzantins, puis les arabes chrétiens qui ont traduit en syriaque puis en arabe un certain nombre de livres. Sylvain Gougenheim fait part des différents circuits de diffusion du savoir, d'abord par la grande diaspora grecque, puis par ces hommes d'Occident qui sont allés chercher le savoir là où il était disponible, puis par ces chrétiens d'orient auxquels nous devons beaucoup.

La polémique, sur fond d'idéologie contemporaine dominante, tenait sans doute au fait que l'auteur faisait une distinction nette entre les arabes et les musulmans. En effet, il apparaît dans ses propos que l'islam n'a récupéré une partie du savoir antique que pour le passer à travers ses propres filtres et éliminer tout ce qui pouvait contredire le Coran. Les systèmes de pensée entre le monde chrétien et le monde islamique étaient si antagonistes qu'il lui semble très difficile d'imaginer une transmission par ce biais. Or, la théorie dominante de transmission par l'Orient mêle habilement transmission arabe et transmission islamique, ce qui n'est pas la même chose. Et l'auteur de citer dans le chapitre 2 et en annexe 2 de ce livre les grands auteurs arabes chrétiens du VIIIè au XIème siècle : Hunayn ibn Ishaq, Théodore Abu Qurra, Yuhanna ibn Masawayd (Jean Mesué), Théophile d'Edesse, Yahya ibn al-batriq,etc.

Une des pièces les plus fascinante de ce livre est l'annexe 1 qui démontre pourquoi, dans le monde contemporain, il y a cette obnubilation béate pour le monde oriental. L'auteur indique que cela remonte à Sigrid Hunke, orientaliste allemande et nazie convaincue, laquelle a publié après la guerre un livre intitulé "Le Soleil d'Allah brille sur l'Occident : Notre héritage arabe" dans lequel cette intellectuelle, par haine du christianisme, voue une admiration sans borne à l'islam, redevable de toutes les découvertes et de toutes les subtilités. Les conclusions de l'auteur sont sans appel sur cet ouvrage. On ne lui pardonnera cela pas plus que le fait de battre en brèche l'orientalophilie déraisonnée actuelle.

Un livre à contre-courant et très aisé de lecture.
-----------
Pour que l'information soit complète, j'indique ici les grandes lignes de la table des matières de ce livre :

Avant-propos sur le "Dark ages"

Introduction : histoire d'une transmission >> Lumières de l'Islam, âges sombres de la Chrétienté ? / Une vision réductrice / Les racines grecques de l'Europe

Chapitre I : Permanences éparses et quête du savoir antique : la filière grecque
Chapitre II : Survie et diffusion du savoir grec autour de la Méditerranée : Byzance
Chapitre III : Les moines pionniers du Mont Saint-Michel : l'œuvre de Jacques de Venise
Chapitre IV- Islam et savoir grec
Chapitre V- Problèmes de civilisation
Conclusion : le soleil d'Apollon illumine l'Occident

Annexe 1 : L'amie d'Himmler et le "soleil d'Allah"
Annexe 2 : Les savants arabes chrétiens du VIIIème au XIème siècle
Annexe 3 : Le corpus latin d'Aristote
… (mere)
1 stem
Markeret
Veilleur_de_nuit | 1 anden anmeldelse | Jan 25, 2011 |
Een boek over middeleeuwse vertalingen van Griekse denkers dat leidt tot hevige polemieken in de grote Franse dagbladen lijkt geen evidente zaak. Maar Sylvain Gouguenheim krijgt het voor elkaar in het 200 bladzijden en een hoop noten tellende ‘Aristote au mont Saint-Michel’. Kort samengevat verdedigt hij de volgende stellingen:

-Europa heeft, in tegenstelling tot wat soms wordt beweerd, de hernieuwde kennismaking met de oude Grieken niet te danken aan de Moslimwereld. De belangstelling voor de antieke wereld bleef altijd bestaan en een diaspora van Grieks sprekende monniken uit gebieden veroverd door de Arabieren en uit Byzantium, evenals het blijvende contact met de ‘Griekse’ steden en kloosters op Sicilië en in Zuid-Italië, hielden het vuur brandend zelfs in de donkerste middeleeuwen. De grote golf van vertalingen van Aristoteles, beginnend vanaf de tiende eeuw, maar pas goed op gang komend in de twaalfde, was in hoofdzaak op basis van de Griekse tekst en niet op dat van een Arabisch intermediair. Een belangrijk deel daarvan werd verricht door de monniken op de Mont St. Michel (Jacobus van Venetië krijgt een eervolle vermelding), wier vertalingen werden gebruikt door onder meer Thomas van Aquino.

-De Moslimswereld heeft haar kennismaking met diezelfde oude Grieken (en wederom met name Aristoteles) te danken aan de zogenaamde Oudsyrische Christenen (Nestorianen, Melkieten, Monofysieten), zeg maar de Christenen in het Midden-Oosten die na de veroveringen van de zevende en achtste eeuw onder Arabisch gezag waren gekomen. Zij vertaalden Aristoteles en andere Griekse schrijvers eerst in het Aramees en daarna in het Arabisch. Ook verrijkten zij het Arabisch met een wetenschappelijk vocabulair (‘falsafa’ voor ‘philosophia’ bijvoorbeeld). Geen van de grote islamitische geleerden (Al-Ghazali, Avicenna, Averroes ) sprak of las zelf Grieks.

-De invloed van het Griekse denken op de moslimwereld was oppervlakkig en beperkt tot geneeskunde, logica en meetkunde. De Metafysica van Aristoteles, de Ethica Nicomachea en de Politica werden nooit vertaald en niet bestudeerd en voor de Griekse literatuur (Homerus, de tragedieschrijvers) was er al helemaal geen belangstelling. Alles wat niet de lakmoesproef van conformiteit aan de Koran doorstond (en dat was heel wat), werd genegeerd. In christelijk Europa daarentegen was diezelfde invloed diepgaand en leidde tot de hoge vlucht van de scholastische filosofie en het begin van de moderne wetenschap.

Dat een zwaar geannoteerd boek over middeleeuwse ideeëngeschiedenis zoveel mensen de gordijnen in krijgt, zegt vooral iets over onze overspannen tijd. Of de schrijver een politieke agenda heeft, betwijfel ik. Hoewel duidelijk is waar zijn sympathieën liggen, vervalt hij nooit in een ‘wij zijn beter’ toon. Maar hij veegt fundamentele verschillen tussen de beide culturen, zoals die naar voren komen in de omgang met het antieke ideeëngoed, ook niet onder de politiek correcte mat. Dat levert een interessant boek op, dat inderdaad uitnodigt tot discussie.
… (mere)
½
1 stem
Markeret
BartGr. | 1 anden anmeldelse | Sep 28, 2008 |

Hæderspriser

Måske også interessante?

Associated Authors

Statistikker

Værker
14
Also by
1
Medlemmer
95
Popularitet
#197,646
Vurdering
½ 3.6
Anmeldelser
3
ISBN
26
Sprog
6

Diagrammer og grafer